Résidence

#3

La Migration

Du lundi 12 octobre 2020 au vendredi 16 octobre 2020 DD/MM/YYYY 12/10/2020 Europe/Paris Cirque Jules Verne - #3

Savoir de quoi est fait notre présent afin de mieux entrevoir l’avenir

En 2015, la compagnie débute la création du diptyque Landscape(S), où elle interroge le rapport Homme-Paysage. En 2016, Landscape(s)#1, est pensé comme un tableau vivant. Le double-fil rotatif évoque une ouverture totale sur le dehors, une idée de perspective nécessaire à la respiration et à l’imaginaire. C’est un temps de rêverie.

Dans Lieux-Dits, en 2019, la Migration souhaite amener une autre façon de voir et d’appréhender l’extérieur. Au lieu de penser la frontière comme une séparation ou un enfermement, Lieux-Dits l’interroge dans sa dimension d’échange et de fuite. Avec #3, la compagnie change de registre. Elle intègre à ses réflexions sur le rapport au monde les dimensions humaine et temporelle. Face à un avenir sombre et anxiogène, la Migration veut sortir de cette vision fataliste en assimilant qu’elle n’est que la conséquence de nos actes présents, que l’avenir se façonne chaque jour par nos actions et nos engagements.

#3

Trois processus sont à l’origine de la création : la marche, une nouvelle structure cinétique et une forme originale. La marche est un geste universel dont on sait qu’il ressource et permet un voyage aussi bien extérieur qu’intérieur. La compagnie prévoit de traverser la France à pied, pendant 2 à 3 mois, avec pour objectif de rencontrer les habitants, de traverser des lieux de vie aussi bien que des zones sans habitation. Cette expérience constituera la matière première de #3.

La nouvelle structure est une pyramide quadrangulaire de 3 m de haut, avec à son sommet un balancier de 6 m de long, lesté par une pierre de 51 kg. La pierre sera le double de Quentin. Elle permettra de l’extraire de sa condition d’Homme en supprimant la pesanteur. L’amplitude de l’objet permet de démultiplier l’instant présent et de rendre visible ce qui le constitue. Faites tenir sur votre doigt un stylo verticalement, puis faites la même tentative avec une perche. Le temps d’un déséquilibre à un autre est étiré. Cela nous donne la possibilité d’agir et donc de rétablir l’équilibre. #3 se situe précisément à cet endroit.

Enfin, #3 est un spectacle à deux faces : la première est une forme courte se jouant le jour en extérieur, l’autre une forme longue se jouant la nuit en intérieur. Faire deux faces, c’est tenter de considérer une chose dans son ensemble, en prenant en compte la pluralité des contextes et des possibles à travers deux dramaturgies différentes et a priori opposées.

L’interview de Marion Even et Quentin Claude, auteurs et metteurs en scène

Bienvenue La Migration ! Pour cette nouvelle création, vous créez un nouvel agrès, une structure cinétique pyramidale. Pouvez-vous nous en parler ?

Dans cette nouvelle création nous souhaitons nous questionner sur le temps présent, comment le multiplier afin de voir de quoi il est constitué ? Et sur l’espace plein et vide qu’occupe un mouvement, comment révéler chaque déplacement, chaque transfert de poids, chaque matière traversée et déplacée ? Alors nous avons imaginé un agrès qui tente de répondre à ces questions. C’est totalement expérimental, cela signifie que pour le moment, en attendant sa construction, c’est une expérience de pensée. Nous ignorons ce que nous allons découvrir et inventer avec lui. Cela s’apparente à une rencontre avec un nouveau partenaire.

Le voyage à pied, la marche dans la nature semble traverser toutes vos créations. Pour vous, cela est un geste, une expérience, une ressource ?

Ce sont les trois à la fois : un geste, une expérience et une ressource ! Nous commençons par avoir un projet, puis de ce projet naissent des idées et des envies qui restent dans un premier temps dans une sphère mentale. La marche met en mouvement le corps et l’esprit tout en les reliant. Cela permet au projet de prendre une autre dimension, c’est-à-dire de passer à l’acte, de passer de la sphère mentale à une sphère physique. Nous entrons dans la création par la marche. Elle vient nous suggérer des états de corps, des pensées, elle permet d’accueillir ce qui est, sans s’en emparer, sans poser de diagnostic, noter simplement ce qu’il se passe. C’est une des clés de notre positionnement vis-à-vis du monde et ce que nous recherchons dans nos créations.

Création et écriture : Marion Even et Quentin Claude Mise en scène : Marion Even Interprète : Quentin Claude Administration et production : Hugo Claude

Cirque Jules Verne – Pôle National Cirque et Arts de la Rue – Amiens / Scènes du Jura

photo : Noémie Laval

Retrouvez #3 à La Rue est à Amiens 2022
en savoir plus

La Migration a été accompagnée en 2017 sur la création de Lieux-Dits, programmé à La Rue est à Amiens en 2019

Création 2022

Téléchargements

Résidences 2020 du Hangar