au Hangar

Djénie

Les Pétards Mouillés

Du lundi 15 février 2021 au dimanche 28 février 2021 Hangar DD/MM/YYYY 15/02/2021 Europe/Paris Cirque Jules Verne - Djénie Hangar

Les Pétards Mouillés ont imaginé Entre et sors !, un labyrinthe au sein duquel le spectateur est libre d’agir et de circuler. C’est un espace de jeu clos dont l’expérience est dépendante des choix du spectateur : entrer là ou continuer mon chemin, faire demi-tour, attendre… Qu’il le veuille ou non, il devient un élément à part entière de ce labyrinthe dans lequel il peut pénétrer dans trois entresorts : Jackbox, Djénie et Magic Mirror.

Jackbox a été créé en 2020. Il s’agit d’un jukebox à taille humaine où on choisit un morceau sans réellement être sûr de ce qu’on a choisi et où finalement, il est clair qu’on ne s’attendait pas à ça ! La création de Magic Mirror est prévue en 2022. Cette année, la compagnie se consacre à la création de Djénie. Trois personnages évoluent dans cet entresort de 10 minutes : un bonimenteur chargé d’accueillir les spectateurs, une fée qui les invite à choisir tous ensemble un vœu et un génie qui fait opérer la magie. L’entresort est conçu en forme d’escargot et la scénographie intérieure permet de faire apparaître les personnages les uns après les autres et renforce la sensation d’illusion. Là où Jackbox se révèle être une surprise pleine d’humour qui invite les spectateurs à la fête, le dénouement de Djénie se joue sur une surprise féérique et invite les spectateurs à une douce rêverie.

Mise en scène : Morgane Grzegorski Avec Fred Egginton – Le Génie et Camille Géron – La Fée Construction, lumière et scénographie : Jérémy Pichereau, Alexandrine Rollin et Charlie Vergnaud Costumes : Bertrand Sachy

Coproduction et résidences Cirque Jules Verne – Pôle National Cirque et Arts de la Rue – Amiens / Le Trait d’Union – scène culturelle Longueau-Glisy Subventions Amiens Métropole / Conseil départemental de la Somme / Conseil régional des Hauts-de-France

Les Pétards Mouillés
Les Pétards Mouillés est une compagnie de synergie. Elle ne se définit pas par un unique univers artistique, mais par la multiplicité des compétences des artistes et techniciens qui la composent. Elle ne se revendique pas comme un collectif mais travaille toujours de manière collégiale. Pour Morgane Grzegorski et ses acolytes, le théâtre en salle, l’espace public ou encore le cinéma sont autant de media au service de la création artistique et ils se saisissent de l’un ou de l’autre en fonction du projet et de ceux qui le mettent en œuvre. C’est le projet en lui-même qui définit son cadre, son espace de représentation et son rapport au public.

Cette manière d’aborder le spectacle est originale, audacieuse et presque militante. La compagnie surprend à être là où on ne l’attend pas. Elle ne s’impose pas de frontières, ni de limites et elle croise tous les points de vue pourvu qu’ils soient utiles à la création. Cette liberté et la prise de risque qu’elle impose est dans l’ADN de la compagnie amiénoise.

Bonjour Morgane ! La compagnie s’intéresse aussi bien au théâtre qu’au cinéma. Mais qu’est-ce qui vous a amené à vous lancer dans l’aventure des arts forains et de la forme spécifique de l’entresort ?
En voulant créer un univers « beckettien » dans la rue, l’image du labyrinthe est apparue comme une évidence, comme la métaphore de notre psychisme. Le labyrinthe est dans l’imaginaire très évocateur et très riche. Au fil des réflexions et discussions en équipe, nous nous sommes retrouvés débordés par la multitude d’envies, d’idées et de rêves que cela générait en nous… Aussi, c’est pour répondre à cette foule de propositions qui germaient dans nos esprits que nous avons choisi de démultiplier les possibilités à l’intérieur de notre dispositif grâce à différents entresorts. La forme de l’entresort s’est donc imposée à nous. Dans un labyrinthe, il y a la notion de « passage » : par des portes, des espaces, des imaginaires… On retrouve cette même notion dans l’entresort : on n’y fait que passer mais dans ce court moment, il s’en passe des choses ! Il y a aussi dans l’entresort une sorte d’espièglerie, de malice joyeuse que l’on peut comparer à l’écriture de Samuel Beckett. La pièce Pas Moi de Samuel Beckett étant à l’origine du projet Entre et sors ! nous avons jugé important de garder cet esprit un peu facétieux et coquin à travers les différentes propositions d’entresorts. Dans l’entresort, comme dans notre dispositif Entre et sors !, il y a une forme d’arnaque perpétuelle et entendue entre les artistes et les spectateurs. Le public la voit venir de loin, et pourtant il se prête au jeu et décide volontairement de l’oublier et malgré tout de se laisser surprendre par la supercherie. Et puis, surtout, il en rit ! Quand on jouait ses pièces, l’unique question de Samuel Beckett était : « est-ce que les gens ont ri ? ».

La création Entre et sors ! est en fait un projet à deux entrées. D’un côté, des entresorts programmables « à la carte ». De l’autre côté, une proposition qui relie tous ces entresorts dans un labyrinthe étrange et décalé dans un univers à la Beckett (création en 2022). Que souhaites-tu proposer aux spectateurs ? Où souhaites-tu les emmener ?
Le point de départ du projet Entre et sors ! c’est en effet l’envie de monter Pas moi de Samuel Beckett, dans la rue. De cette envie a germé l’idée d’un dispositif labyrinthique, comme une métaphore de l’activité cérébrale. Cette idée de labyrinthe a ensuite évolué au fil des réflexions et des avancées de la création pour devenir un parcours fléché et ludique entre trois entresorts différents, jalonné de portes, de choix, de passages, de rencontres et de curiosités. Entre et sors ! est une invitation au voyage à travers des univers différents et oniriques. C’est aussi de la magie, du mystère, de l’extravagance… Du début à la fin, c’est la malice et la curiosité des spectateurs qui guident et rythment leurs déplacements. Les entresorts que nous proposons reposent chacun sur un concept dans lequel le choix du public est déterminant. Jackbox est un entresort musical, un jukebox à taille humaine. Dans Le Génie, entresort d’illusion féerique, ce sera un souhait à exaucer qu’on leur propose de choisir. Et enfin, dans Le Magic Mirror, entresort de l’absurde et du loufoque, les spectateurs créeront une combinaison unique entre du texte et du corporel. Entre et sors ! c’est un parcours, un grand terrain de jeu dans lequel la liberté et les possibilités des spectateurs sont démultipliées. À de nombreuses reprises, c’est le choix du public qui détermine ce qu’il se passe ensuite. C’est donc une remise en question de la position du spectateur qui est sans cesse interpellé, mis en action, en jeu et en mouvement. Le public peut ainsi devenir créateur-acteur de son propre spectacle. Le pari du projet est que le spectateur soit sans cesse surpris, qu’il se prête au jeu dans une atmosphère bienveillante et avec le sentiment d’être en sécurité. Entre et sors ! c’est le jeu dans toute sa splendeur et dans tous les sens du terme : en tant que représentation, amusement et illusion…

Illustrations : Alexandrine Rollin

Le Génie en bref

Création : printemps 2021
à voir à La Rue est à Amiens 2021

La compagnie en bref

Direction artistique : Morgane Grzegorski
Compagnie créée en : 2008
Implantée à : Amiens · France
Nombre de créations : 3

Téléchargements

Résidences 2021 du Hangar