au Cirque Jules Verne

Dans l’espace

Un Loup pour l'Homme

Du mardi 16 février 2021 au vendredi 26 février 2021 Cirque Jules Verne DD/MM/YYYY 16/02/2021 Europe/Paris Cirque Jules Verne - Dans l’espace Cirque Jules Verne

Dans l’espace
titre emprunté à l’album éponyme de Fabio Viscogliosi

Nous ne sommes plus au début de l’histoire et pas encore à la fin. Nous sommes quelque part au milieu du gué, dans l’espace.
En équilibre entre les préoccupations environnementales actuelles et les phénomènes physiques qui régissent la pratique de l’acrobatie, quatre acrobates et deux musiciens utilisent le bois, la pierre et le métal pour matérialiser leur interdépendance aux lois de la nature. Un cirque d’attraction, d’oscillation, de gravitation qui replace sans cesse l’humain face au poids de ses décisions, de la nécessité de l’équilibre face à l’imminence du désastre…

Note d’intention

Librement inspiré de l’ouvrage éponyme de Fabio Viscogliosi, Dans l’espace, pièce circulaire de cirque contemporain pour acrobates et musique live, a pour vocation de matérialiser les interactions de l’être humain et des forces environnementales qui baignent la réalité de son existence.
Un Loup pour l’Homme a toujours considéré l’acrobate comme un être social, dépendant des relations qu’il tisse avec ses  pairs. Il s’agit cette fois d’étendre le champ de ces dépendances, et de concrétiser la nécessité actuelle de dépasser une vision uniquement centrée sur la sphère sociale, pour replacer l’humanité comme partie prenante d’un milieu, façonné d’impondérables forces environnementales et physiques.
Intrinsèquement, la pratique de cirque est en prise directe avec ces lois naturelles, gravité en premier lieu, dynamique, cinétique, balistique. Ce sont ces forces mêmes sur lesquelles s’érige la pratique acrobatique telle que je la développe avec Un Loup pour l’Homme depuis ses débuts : équilibre ou déséquilibre des forces, point de suspension, point de rupture, statique anatomique ou architecturale, croissance…
Souvent ces forces ne sont révélées qu’en filigrane, laissant d’abord la place aux formes qu’elles sous-tendent.

En lie  évident avec des préoccupations environnementales, en utilisant au besoin la médiation de l’objet et de la matière en piste, je cherche aujourd’hui à leur donner corps, à les rendre visibles. Plus précisément, à leur donner le statut de partenaires à part entière de nos évolutions acrobatiques.

Car enfin, il est temps a minima de les connaître, de les reconnaître, non pas pour les asservir uniquement, tant cette prétention semble vaine, devant leur ampleur et leur éventuelle démesure, mais pour les respecter. Pour vivre avec : les craindre quand il faut, les côtoyer, les apprivoiser quand faire se peut, s’en jouer ou en jouer. A fortiori, un projet de société avec vents et marées.

Alexandre Fray, Un Loup pour l’Homme, octobre 2019.

La compagnie

La compagnie de cirque contemporain Un Loup pour l’Homme, à travers sa pratique des portés acrobatiques, s’attache à défendre une vision de l’humanité faite d’êtres sociaux, différents autant que dépendants les uns des autres. Un Loup pour l’Homme mène une recherche spécifique autour de la pratique du main à main, qui constitue un art de l’action plutôt que de la démonstration. Libérée de son carcan gymnique conventionnel, la technique des portés acrobatiques se révèle être le support d’un véritable langage au puissant potentiel dramaturgique, lorsque pensé comme terreau d’étude des relations humaines.

La compagnie naît en 2005 de la rencontre de deux acrobates, le porteur Alexandre Fray – issu du CNAC à Châlons-en-Champagne et le voltigeur Frédéric Arsenault – issu de l’École Nationale de Cirque de Montréal, suite à deux créations avec le metteur en scène Guy Alloucherie (Les Sublimes, Base 11/19), et à leur collaboration avec David Bobée dans Warm. Au fil des années, des artistes venant de la danse et du théâtre physique ont été progressivement accueillis dans l’équipe, ouvrant ainsi les champs d’exploration sur le mouvement.

Avec près de 600 représentations d’Appris par Corps (2006, Lauréat du Prix Jeunes Talents Cirque Europe), de Face Nord (2011), de Rare Birds (2017), et de la reprise féminine de Face Nord (2018), le rayonnement de la compagnie est aujourd’hui national et international.

Un Loup pour l’Homme, qui aime à se définir comme une “troupe acrobatique artistique humaniste contemporaine et itinérante”, prend un nouveau tournant avec l’acquisition d’un chapiteau pour la création de Rare Birds. Cet équipement mobile, véritable maison de la compagnie, engage ses membres dans une aventure collective et permet une autre forme d’intégration et d’action sur les territoires. C’est notamment avec cet état d’esprit que la compagnie conçoit et met en œuvre en 2019 le projet à dimension européenne Ride&Camp, qui l’amène sur les routes des Balkans pendant plusieurs mois en itinérance, à la rencontre des énergies qui œuvrent au développement du cirque contemporain.

À partir de 2020, un cycle de créations courtes se prépare. Le Projet Grand-Mère (ou J’aurai toujours des rêves, maman), amorcé dès 2003 par Alexandre Fray, reprend le cours de sa création pour aboutir à une installation performative participative impliquant des personnes âgées locales. Arno Ferrera et Mika Lafforgue fomentent le duo Cuir, autour de la traction et de l’attraction humaine, et Sergi Parés initie Rencontre/s, autour du rôle du toucher et de la confiance, à partir d’un cycle de recherches sur l’aveugle.

La compagnie pose également les premières pierres d’une prochaine création longue en circulaire, Dans l’espace, prévue pour 2022.

dessin : Fabio Viscogliosi

Rencontre publique

Jeudi 25 février à 18h
Au terme de cette première résidence, l’équipe d’Un Loup pour l’Homme vous accueille et partagera avec nous les premières recherches acrobatiques de sa nouvelles création.
en savoir plus